Ce pin sylvestre va donner l'occasion de montrer que le choix du meilleur nébari, de la face et du style, et la mise en place dans le pot est un préalable incontournable avant tout  travail de formation de la partie verte.

Février 2005, c'est un très vieil arbre qui a du être victime d'accidents violents et de dures conditions de vie. A moitié déraciné, il a survécu en position couchée avec le tronc à demi enterré.

On étudie l'angle d'implantation en l'inclinant plus ou moins  pour mettre en valeur le tronc. Il semble de plus en plus évident que le style cascade lui conviendra le mieux, d'autant qu'il a été contraint de vivre comme ça dans la montagne.

La plante est inclinée avec une rotation vers l'avant. Dans le travail de création de bonsai, la mise en pot effective avec la bonne position d'implantation devrait être faite réellement et non pas simulée comme on le voit trop souvent

Pour ne pas avoir de regret, on étudie quand même une autre possibilité: le style shakan. Ca enlève un peu du naturel et de l'aspect sauvage.Et le nebari est inexistant ! La plante semble plus perdre  que gagner. Le style cascade est donc décidé!

Novembre 2006, rempotage !  Après le prélèvement, ce yamadori est resté quelques 2 années dans le pot que l'on voit en arrière plan, il a été placé comme un shakan très incliné, de sorte que toutes les branches ont été irradiées par le soleil.

Le rempotage a été un peu dur, car après la position en shakan, il a fallu faire rentrer les racines dans un pot à cascade.Une grosse racine importante, qui courait vers la droite, a été sacrifiée.

Tout le chevelu des racines est empoigné pour être mis en pot  de manière à faire plonger le tronc à droite.

La plante est mise en pot. Elle est mise finalement et tout spontanément en style hankengai ou même kengai. On voit bien que dans ce cas le rempotage devient plus un travail d'esthètique que d'entretien

Gros plan sur les belles lignes des racines mises à l'air de manière à faire cascader le tronc vers le bas. C'est le rempotage qui permet de réveler ce beau nebari.

La position d'implantation est donc fondamentale. Elle permet d'exploiter pleinement tout le potentiel d'une plante: ce travail est une étape essentielle et incontournable dans le processus de mise en valeur  maximum d'un  bonsai.

Aux ateliers de l'école Kawabe, l'année suivante en Novembre 2007, l'arbre est soumis à l'appréciation de Mr Kawabe. Bernard explique l'histoire de son yamadori et expose son projet au maitre.

Tout d'abord le maître se félicite du bon état de cette plante et après étude approuve le projet de cascade et donne son feu vert pour attaquer immédiatement les travaux sur ce beau pin

Mr Kawabe explique qu'il ne faut pas aller contre la personnalité de cette plante. L'aspect spiralé de l'écorce du tronc témoigne du dur combat contre les éléments. L'aspect sauvage est tout le charme de cet arbre, il faudra le respecter

Le Maître explique que la branche du haut sera l'objet d'une mise en forme par ligaturage avec un effet du fil accompagnant la torsion de manière à amener progressivement la future tête de l'arbre plus vers le bas et vers la pointe

le mouvement de l'écorce en spirale sur le tronc se prolonge sur la branche, il faudra en tenir compte lors du ligaturage pour aller ds le même sens.

Les ligatures sont faites avec des renforts et sous couvert de raphia, puis une tige filetée en travers du tronc pour ancrer les haubans nécéssaires. Il ne s'agit pas de faire souffrir cette branche par une torsion trop rapide et brutale

En faisant un travail trop rapide, la branche peut casser, ou former une sorte de boursouflure à l'endroit  le plus solicité par la torsion; d'autant que cette branche a déja un effet naturel spiralé dans le même sens que le tronc.

Une tige filetée est installée de manière à y attacher un hauban pour tirer progressivement  dans les mois à venir, la tête de la branche vers le bas



Les branches secondaires sont dejà mises en place, comme prévu  dans le projet .

 On voit bien le projet devenir peu à peu réalité.

 Cet arbre devient de plus en plus prometteur..

Le style cascade convient le mieux  car il respecte la personnalité de la plante en recréant la position qu'il avait dans la montagne. Le travail de position d'implantation est une véritable remise en scène de la plante au plus proche du naturel

 Décembre 2007.  Il semble que le choix de cette face avec le nébari et le tachiagari, expoite au maximum le potentiel de cette plante sauvage.